PUBLICATIONS

Sylvain Cormier était l’invité de L’Autre Direct, ce jeudi à L’Institution. L’avocat, fondateur d’Innocence Project à Lyon, est revenu sur le projet de loi des révisions des condamnations pénales, discuté ce 27 février à l’Assemblée nationale.

L'avocat pénaliste a créé à Lyon la première antenne de l'organisation américaine Innoncence Project, il y a tout juste un an. Son objectif : combattre l'erreur judiciaire. Ce jeudi 27 février, les députés doivent examiner un projet de loi permettant de faciliter la révision des condamnations pénales.

On croirait le projet tout droit sorti du cerveau d'un scénariste de série policière américaine. Un projet réunissant à la fois les attentes des étudiants en droit pénal épris de justice et les espoirs des personnes condamnées à tort par la justice ayant épuisé tous les recours traditionnels. "Innocence Project France" a été officiellement lancé le 11 janvier, dans les locaux de l'université Lyon-III, devant près de 200 étudiants se destinant à devenir avocat, juge ou commissaire de police.

A l'origine de ce projet visant à lutter contre les erreurs judiciaires de façon bénévole, collective et pluridisciplinaire, un constat simple : seules huit procédures de révision en matière criminelle ont abouti en France depuis 1945. "Cela veut-il dire que la justice ne se serait trompée qu'un peu moins d'une fois tous les dix ans ?", s'interroge Sylvain Cormier, l'avocat pénaliste à l'origine de la déclinaison française d'un projet lancé aux Etats-Unis en 1992.

Tout est né d'une expérience américaine, qui a rouvert des dossiers d’anciens condamnés et permis 300 acquittements; c’est une association qui s’appelle projet innocence et qui inspire un avocat Lyonnais Maitre Sylvain Cormier.

Madame Taubira a annoncé son intention de diminuer le nombre de prisonniers. Il s’agit de faire prévaloir les alternatives à l’enfermement comme mode de sanction. C’est d’ailleurs l’objectif imparti à la France par les nouvelles règles pénitentiaires européennes. L’annonce de la garde des Sceaux est courageuse car les litanies invoquant le laxisme se feront entendre. Le choix de la ministre est pourtant des plus raisonnés. Diminuer le nombre de prisonniers est un enjeu majeur de nos démocraties.

Le premier documentaire produit par E-magineurs est actuellement en cours de diffusion sur TLM, TV8 Mont-Blanc et TL7. Ce film s’intitule “L’affaire dite de la veuve noire“. Il nous raconte le fonctionnement de la justice française à travers le prisme des avocats.

Le 12 octobre prochain, les avocats pénalistes Sylvain Cormier et François Saint-Pierre lanceront à Lyon la version française d’Innocence Project. Une organisation non gouvernementale américaine, qui depuis 1992 travaille à innocenter des prisonniers victimes d’erreurs judiciaires. Composée de professionnels de la justice comme des avocats ou encore des étudiants en droit, les membres d’Innocence Project ont innocenté aux Etats-Unis plus de 260 détenus condamnés à tort en demandant de rouvrir des dossiers à la suite de tests ADN et d’expertises prouvant leur innocence.

L'affaire dite "Dominique Strauss Kahn" aura démontré la mort de la présomption d'innocence, et ce en dépit des derniers rebondissements favorables à sa défense, ne serait-ce que dans la vie médiatique et peut-être même dans notre société toute entière.

Le délabrement électrique est flagrant : les interrupteurs ont disparu et il faut connecter les fils nus directement pour obtenir de la lumière. Un voyant rouge au-dessus de la porte, côté couloir, semblable à ceux que l'on pourrait trouver dans un studio de radio attire mon attention. C'est un voyant d'alerte. Il est censé pouvoir être déclenché depuis l'intérieur de la cellule pour alerter les surveillants de couloir en cas de problème.